La publicité

Dans ce même chapitre, vous avez pu lire un article qui présente quelques idées d’organismes divers ayant eu recourt au Buzz pour vendre son produit ou son service. En utilisant la presse comme vecteur publicitaire traditionnel, il est tout à fait possible de proposer une publicité qui soit efficace. Découvrons ensemble les bons exemples !

Cette image est tirée d'une publicité pour une huile de cuisson. Habituellement, la pub à la télévision pour ce type de produit proclame à qui veut l’entendre que l’Huile Machin est bonne pour la santé, grâce à la triple pression à froid des olives utilisées. Mais avec la multiplication des « réclames » du même genre, il est difficile de renouveler le genre et le téléspectateur n’est plus réceptif au message.

Ici, nous avons une jeune fille en pleine santé ! Au lieu de préparer une salade fraîche avec l’Huile Machin, elle consomme l’huile à même la bouteille. Evidemment, personne ne fera chose pareille à la maison. C’est justement le côté inhabituel de la représentation qui marquera les esprits !

Personne n’a raté cette publicité, qui a bénéficié d’une couverture médiatique sans précédent. Sans parler du courage de la jeune femme qui a prêté son corps pour l’image et la cause, voici une publicité simple, efficace et choc. Tout le monde en parle : La radio, la TV, la presse… le message provoquera la réflexion partout et le bouche à oreille fera le reste.060922chips-huile-pub_n.jpg

Cette publicité est parue dans un journal québécois. Beaucoup plus simple dans sa conception, elle fonctionne tout aussi bien. Le prothésiste s’implique dans l’image, présente son visage avec un sourire sans éclat particulier. Normal, car comme le chante Lynda Lemay, le dentiste, c’est l’enfer et lui ne doit surtout pas montrer qu’il est heureux de vous accueillir chez lui, faire de l’argent sur vos malheurs dentaires…

Ici, le prothésiste prouve ses compétences en mettant en avant sa longue expérience de 23 ans. Ensuite est publié un court résumé de ce qu’il propose et à qui il s’adresse.

Notons dans cette bonne publicité quelques points faibles : Ce qui va en contradiction avec la consultation sans frais qui est un bon point, c’est la notion de rendez-vous qui montre qu’il est impératif d’appeler au préalable pour réserver un temps horaire. C’est normal me direz-vous, mais personnellement, je souhaiterai pouvoir passer au cabinet et me renseigner en tout temps auprès de la réception, sans forcément rencontrer la personne qui fera le travail. Quand à l’appellation Denturologiste, elle n’est pas une erreur, mais un terme régulièrement utilisé au Québec.

Franquin est l’auteur de Gaston Lagaffe, ce personnage mal habillé connu comme le pire garçon de bureau. Gaston regorge d’idées et réalise des inventions loufoques aux noms évocateurs comme le Gaffophone, sorte d’instrument improbable plus utile pour détruire des bâtiments que pour produire un son agréable à l’oreille.

Franquin a été engagé en de multiples occasions pour illustrer des publicités de produits de tous genres. Ici, il s’agit d’un appareil photo miniature, et ont en connaît le succès planétaire ! Vous connaissez sans doute l’Instamatic, cette boîte à image dont la pellicule était contenue dans une cassette.

Pour terminer, voici une petite horreur. Jugez plutôt : Nous avons sous les yeux une publicité parue dans le journal québecois Le Lac St-Jean aux côtés des annonces de décès.

La Résidence funéraire Lac St-Jean est une société dont l’activité est l’accompagnement des familles dans la douleur après la perte d’un être cher. Elle accueille en ses murs les corps dans l’attente des funérailles.

Vu le contenu de l’annonce, on peut imaginer que la Résidence funéraire est affiliée au journal, ce qui n’est certainement pas le cas. Bref, le lien internet présent dans le texte est celui du site du journal, et il est demandé ensuite de cliquer sur la rubrique « Nécrologie » pour en lire, jours après jours, la liste des décédés récemment.

Je doute de l’efficacité d’une telle publicité : Premièrement, en suivant le cheminement proposé dans l’annonce, on ne trouve pas l’onglet mentionné. En cherchant bien, il n’apparaît qu’une liste de noms dans la page souhaitée, avec une animation présentant la Résidence funéraire.

Personnellement, je trouve très limite d’essayer de vendre ses services en indiquant qui est mort, et du coup, quelles familles a utilisés les services de l’entreprise.

Vous êtes mort ? Passez chez moi, vous apparaîtrez dans le journal !