L'invention de l'hélicoptère moderne

Premières esquisses

SikorskyDurant ses études d'ingénieur, Sikorsky montrait déjà un fort intérêt pour les aéronefs. Il était fasciné par le travail réalisé par les frères Wright ainsi que par celui réalisé par le Compte Ferdinand von Zeppelin. Une fois son diplôme de l'université navale de Petrograd réussi, il part pour Paris. En 1907, il retourne à Kiev ou il achève ses études à l'université de construction mécanique à l'école polytechnique.

Grand voyageur, il retourne ensuite à Paris avec les plans de construction d'un hélicoptère. D'autres ingénieurs essayaient depuis des années de contruire un appareil capable de décoler verticalement, malheureusement sans succès. On notera par exemple les essais infructueux du français Paul Cornu: Les techniques utilisées à l'époque généraient beaucoup de trop de problèmes insolubles pour rendre viable un appareil.

Sikorsky acheta un moteur Anzani de 25 chevaux et le transporta à Kiev. Son premier modèle d'hélicoptère ne fonctionnant pas, il continua en utilisant d'autres types d'hélices. Le modèle S-1 ne présenta pas plus de succès en raison du manque de puissance de son moteur. Après quelques améliorations, le S-2 s'éleva, guidé par des câbles. Après avoir réussi son brevet de pilote, il présentera à la nation son cinquième modèle, le S-5. Le S-6-A, sixième du nom, recevra en 1912 la plus belle récompense du Salon de l'Aviation de Moscou ainsi que le premier prix d'une compétition militaire de Petrograd.

Nommé chef de la division aviation de la "Russian Baltic Railroad Car", Sikorsky commence la conception du premier avion multi-moteur nommé "Le Grand", un avion luxueux pour passager, révolutionnaire pour l'époque. Ensuite, il développera Ilia Mourometz, une base qui servira à la fabrication de plus de 70 versions de bombardiers utilisés pendant la Première Guerre Mondiale.

Départ pour la France et les USA

La révolution russe de 1917 coupa net la carrière de Sikorsky dans l'aviation du pays. Il retournera en France construire des bombes pour la guerre, activité qu'il arrêtera une année après. En 1919, il part pour les USA enseigner les mathématiques et économise suffisement d'argent pour monter sa propre compagnie d'aviation en 1923, la "Sikorsky Aero Engineering Corporation" à Long Island.

La compagnie fabriquera le S-29-A, suivi en 1929 du S-38, un bimoteur utilisé par la compagnie Pan American pour des vols en direction de l'amérique du sud. Cette même année, Sikorsky deviendra une filliale de l'United Aircraft Corporation et déménagera à Stratford, dans le Connecticut. En 1931, Sikorsky produira le premier S-40s "Americain Clippers", utilisé plus tard pour traverser l'Atlantique. La série s'arrêtera avec le S-44, avion reconnu comme étant le meilleur aéronef pour l'époque.

L'hélicoptère, encore un rêve

Sikorsky rêvait toujours à la construction d'un hélicoptère fiable, n'ayant jamais arrêté de prendre des notes concernant ce projet. Jamais à court d'idées, il en fera même breveter certaines. En 1939, il atteindra son but avec le VS-300, pilotant lui-même son premier appareil, sécurisé par des câbles. Cet appareil sera reconnu comme étant le premier hélicoptère et servira ensuite comme base à la construction de tous les hélicoptères à simple rotor. La principale innovation apportée par Sikorsky était l'utilisation d'un petit rotor de queue, dont la puissance était dirigée à l'opposée de celle du rotor principal, un rotor principal tripale entraîné par un moteur de 75 cv (56 kW). Son premier vol libre (sans câbles de guidage) eut lieu le 13 mai 1940. Le VS-300 n’était pas le premier aéronef à voilure tournante capable de voler mais c’était le premier à posséder un seul rotor principal stabilisé par un rotor anti-couple, une configuration qui s’imposa par la suite chez la plupart des constructeurs.

Il signera des contrats avec les militaires pour une production à large échelle, avec comme premier modèle "commercial" le XR-4. A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l'armée américaine possédait pas moins de 400 hélicoptères issus des usines Sikorsky. Ces aéronefs serviront essentiellement à des missions de sauvetage.

Sa vie durant, Sikorsky recevra des récompenses, telle que la Médaille Nationale de la Science, le Trophée commémoratif des frères Wright, le "International Aerospace Hall of Fame" ainsi que le "Aviation Hall of Fame".

On dit de lui qu'il est aimable et spirituel, s'intéressant de près à la philosophie et aux effets de la science sur l'humanité. Il publia deux livres, "The Message of the Lord's Prayer" et "The Invisible Encounter”. Il prendra sa retraite officielle en 1957 mais continuera de dispenser des conseils en qualité de consultant jusqu'à sa mort en 1972, à l'âge de 83 ans.

Sikorsky Aircraft Corporation existe encore à Stratford, devenu filiale de United Technologies.

scotlandyard, 27.05.07

scotlandyard

Author: scotlandyard

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


Aucune annexe



À voir également

Halte aux arnaques !

La MLM ou Multi-Level Marketing, c'est un mal dont souffre la société depuis de nombreuses années ! Basé sur le relationnel et l'émotionnel, ce système est actif dans tous les secteurs. Habituellement, c'est par le biais d'un téléphone ou d'une rencontre dans la rue que l'on vous propose une visite à domicile ou une rencontre dans un établissement public...

Lire la suite

Un client… c’est quoi ?

Le dictionnaire nous apprend qu’un client est un organisme ou une personne recevant un produit ou un service contre de l’argent. Découvrons ensemble ce qu’est véritablement un client… Attention, les lignes qui suivent vont casser vos vieux rêves ! Chaque fois qu’une personne me dit sur un coup de tête « j’en ai marre d’être employé par un patron exigeant, pénible et sans sympathie. Je lance mon entreprise ! » ma seule réponse est le silence mais intérieurement, cela ressemble à un long ricanement. Pourquoi un ricanement alors que je devrais au contraire féliciter et encourager le candidat à l’autonomie ? L’autonomie ne s’acquiert jamais sur un coup de tête et l’indépendant confirmé le sait. Mais revenons à nos moutons : Une entreprise, pour vivre, à besoin d’un produit ou d’un service à vendre et des clients.

Lire la suite